02.06.2021 06:44 Il y a: 10 Tage
Categorie: Bresser, Astro-News, Start

Ciel étoilé en juin

Nuits blanches, éclipse solaire et le centre de la Voie lactée au-dessus de nos têtes : voici ce que le ciel étoilé nous offre en juin.

C'est l'été. Du moins dans le ciel - et la reine incontestée est le soleil. Pour les astronomes, il n'y a pas de pire mois, car la durée du jour en juin est d'environ 16 heures, dont seulement deux heures (plus vous vivez au nord, encore moins) où il fait vraiment nuit. Cependant, notre guide mensuel du ciel vous dira une fois de plus à quoi ressembleront les étoiles en juin 2021. Un résumé peut être trouvé ici :

La nuit tombe tard en juin, les nuits blanches ont commencé et ce n'est qu'à minuit qu'il fait suffisamment sombre pour observer les étoiles. Ensuite, le triangle d'été de Véga, Atair et Daneb est déjà haut à l'est. Le porteur de serpent et la Balance se trouvent au sud, où Antarès en Scorpion brille également d'un éclat rougeâtre.

Éclipse solaire partielle sur l'Allemagne

Toutefois, le point culminant de ce mois ne se déroulera pas la nuit, mais le jour : Le 10 juin, vers midi, on attend une éclipse solaire partielle en Allemagne. Cela signifie que le disque de la lune ne couvrira qu'une partie du soleil. Plus vous êtes au nord, plus l'éclipse sera belle. Dans le nord de l'Allemagne, jusqu'à 20 % du soleil sera couvert par la nouvelle lune. Nos lecteurs du sud n'ont presque pas de chance : seuls 6 % du disque solaire sont couverts par la lune ici, de sorte que l'éclipse est à peine perceptible.

Nuages de nuit rougeoyants

En juin, vous pouvez également avoir de la chance et observer les nuages noctilucides aux reflets argentés. Ce phénomène rare ne se produit que pendant les mois d'été et se produit lorsque des nuages très élevés (à une altitude de 80 kilomètres !) sont captés par la lumière du soleil alors que la nuit tombe.

Voie lactée au-dessus de nos têtes

En ce mois de juin, la bande étoilée de la Voie lactée scintille magnifiquement au-dessus de nos têtes. À partir de minuit, lorsqu'il fait très sombre, on peut l'apercevoir à deux ou trois centimètres dans le ciel sans nuage. La visibilité devrait être particulièrement bonne autour du 10 juin, car c'est à cette date que se produit la nouvelle lune et que vous disposerez des meilleures conditions pour vos observations. Quelques objets particulièrement jolis que vous pouvez repérer avec un télescope : La nébuleuse de la Crevette IC 4628, une zone de la Voie lactée où de nouvelles étoiles se forment, ou la galaxie du Sombrero, une galaxie spirale avec un grand renflement brillant en son centre.

Deux fois deux : quatre planètes nous accompagnent dans les nuits d'été

Deux vieilles connaissances accompagnent la Voie lactée au sud : Jupiter et Saturne sont des lumières brillantes à la gauche de notre galaxie. Cependant, les deux géantes gazeuses ne peuvent être vues qu'après minuit. Devant eux, l'un après l'autre et peu après le coucher du soleil vers 21 heures, Vénus et Mars entrent dans la scène céleste au fond de l'ouest. Vénus ouvre la voie - elle est suivie, vers 21h45, par Mars. Cependant, elle est avec une luminosité apparente de seulement environ 1,7 mag (Vénus la porte à -3,9 mag) nettement plus sombre et plus difficile à voir. Et il est temps de dire au revoir. Mars disparaît du ciel nocturne à la fin du mois de juin et réapparaît à la fin de l'année, alors dans le ciel oriental du matin.

Notre conseil d'observation : Les 12 et 13 juin, l'étroit croissant de la lune croissante se joint très près de Vénus et de Mars.

Pas le bon moment pour les étoiles filantes

Juin a beaucoup à offrir, mais ce n'est pas un bon mois pour les étoiles filantes. Il existe quelques courants de météores, mais ils font généralement pleuvoir leurs abondantes étoiles filantes pendant la journée. Les flux de météores nocturnes, quant à eux, n'envoient que quelques étoiles filantes. Avec beaucoup de chance, vous pourrez observer le maximum des Booids de juin dans la nuit du 27 au 28 juin. Ces derniers, cependant, sont un véritable fourre-tout : certaines années, ils n'envoient pratiquement aucun météore, puis à nouveau 50 à 100 par heure.