Guide du Ciel Juin 2018

GUIDE MENSUEL DU CIEL JUIN 2018

Explore Scientific ASTRO R-LITE Rotlicht-Taschenlampe

Explore Scientific ASTRO R-LITE Rotlicht-Taschenlampe

NEU! Die Explore Scientific ASTRO R-LITE Rotlicht-Taschenlampe: der ideale Begleiter in der Nacht, um Sternkarten zu lesen oder Einstellungen an der Ausrüstung vorzunehmen ohne die Dunkeladaption der Augen zu verlieren. Weitere Infos gibt es hier!

SkySafari

Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., www.skysafariastronomy.com

Le mois de Juin est significatif pour les astronomes. Pour ceux d'entre nous qui se trouvent dans l'hémisphère Nord, Juin est le mois le mois le plus pauvre de l'année. Cela est dû au Solstice d'été qui tombe le 21 juin pour l'hémisphère Nord. À ce stade, le Soleil atteint le point le plus septentrional de l'écliptique et sa séparation la plus élevée de l'horizon à midi. Bien sûr, pour chaque action, il y a une réaction égale et opposée - tandis que les Nordistes se prélassent dans la gloire de la Saint-Jean, ceux de l'hémisphère Sud sont sous l'emprise de Midwinter. La cause de ces extrêmes et notre période saisonnier sur Terre - est l'inclinaison de rotation de nos planètes (environ 23,5 degrés verticale) par rapport au plan de notre trajectoire orbitale autour du Soleil. Pendant l'été, l'hémisphère principal est pointé vers le soleil, recevant ainsi plus de lumière pour réchauffer la terre et la mer. Les jours sont ensuite plus longs et les nuits sont plus courtes, plus loin vers le pôle où vous vous trouvez. À la mi- été, ceux qui se trouvent au-dessus du cercle polaire connaissent une journée de 24 heures. Bien sûr, le contraire est vrai pour tout cela si vous vous trouvez dans l'hémisphère opposé.

↑ Haut de page

Le système solaire

La lune

La Lune commence le mois de Juin dans le Sagittaire, bas dans l'écliptique Sud d'une perspective hémisphérique Nord, juste après la pleine Lune. Se levant tôt le matin du 1er jour, la Lune se trouve à environ 3/4 d'un degré au Nord de Saturne. Être si proche de la pleine Lune, naturellement, ce n'est pas le meilleur moment pour les observations du ciel profond, ou l'imagerie des objets faibles sans filtration de bande étroite significative. La Lune atteint le Dernier Quartier le 6, tout en résidant dans le Verseau.

La Lune sera Nouvelle quand elle rejoindra le Soleil dans le Taureau le 13, après quoi elle devient une cible du soir. Le soir du 16, il est possible de distinguer le très fin croissant aux côtés de Vénus, juste après le coucher du Soleil, avec les deux corps séparés de 5 degrés (vu de l'Europe), près de l’amas de La Crèche ou La Ruche / M44 dans le Cancer.

La Lune et Vénus, au coucher de Soleil, le 17 mai.

La Lune et Vénus, au coucher de Soleil, le 17 mai. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafari astronomy.com.

La Lune atteint le Premier Quartier dans la Vierge le 20 et peut être trouvée aux côtés de Jupiter dans la Balance le soir du 23, avec la Lune 3 1/4 degrés au nord de la planète proéminente.

La Lune devient pleine tôt le matin du 28, dans le Sagittaire. Encore une fois, comme c'était le cas au début de Juin, ce n'est pas le moment idéal pour les observations du ciel profond et l'imagerie. C'est le plus au Sud dans l'écliptique que la Lune apparaîtra comme pleine pour l'ensemble de l'année. Par la suite, elle sera située très basse dans le ciel d'un point de vue hémisphérique Nord, avec des effets atmosphériques lui donnant une circonférence apparente.

La fin du mois de Juin trouve la Lune gibbeuse en déclin âgée de 17 jours dans le Capricorne, à environ 4 degrés au Nord de la brillante pré-opposition Mars - les deux cibles se levant juste avant minuit le 30.

↑ Haut de page

Mercure

Au début du mois, Mercure est à peu près à la luminosité maximale observable à -1,6 mag (elle devient plus lumineuse quand il est très proche du Soleil), bien que sa séparation du Soleil soit inférieure à 7 degrés. Se dressant autour de deux degrés au lever de notre étoile (à partir de 51 degrés N), la planète sera extrêmement difficile à observer des régions tempérées de l'hémisphère Nord, bien que celles des régions équatoriales de la Terre soient encore capables de l'observer - mais pas longtemps.

Mercure atteint une conjonction supérieure le 6 juin, passant au Nord du Soleil dans le Taureau. À ce stade, elle sera inobservable et le restera pendant un certain temps alors qu'elle grimpe dans la partie nocturne du ciel.

Vers le milieu du mois, de mag. -1,1, Mercure se trouve autour de 6 degrés de haut au coucher du Soleil (de la latitude 51 degrés N) dans la constellation des Gémeaux. Mercure est séparé du Soleil par un peu moins de 11 3/4 degrés à ce moment-là.

 

Mercure, coucher de Soleil, 30 juin

Mercure, coucher de Soleil, 30 juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafari astronomy.com.

Mercure termine au mois de Juin à -0,1 mag, présentant un disque éclairé à 61%, de 6,6 secondes d'arc de diamètre. Elle se trouve un peu moins de 11 degrés au coucher du Soleil (à partir de 51 degrés de latitude nord), et est donc bien placé pour l'observation des parties nordiques - bien que celles des parties équatoriales de la planète se verront mieux car séparé du Soleil de 23 1/2 degrés.

↑ Haut de page

Vénus

Au début du mois, on trouve Vénus dans les Gémeaux, avec -4,0 mag et 13 secondes d'arc de diamètre angulaire. La planète présente une illumination de 80%, qui continuera à diminuer à mesure qu'elle se rapproche de la Terre sur son orbite intérieure. Vénus se trouve 22 degrés de haut au-dessus de l'horizon à l'Ouest au coucher du Soleil (à partir de la latitude 51 degrés N) le 1er Juin, à environ 34 1/2 degrés du Soleil lui-même.

Vénus, coucher de Soleil, 1er juin.

Vénus, coucher de Soleil, 1er juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafari astronomy.com.

Comme Vénus a dépassé le point le plus élevé de l'écliptique, il perd lentement de l'altitude pour ceux d'entre nous dans l'hémisphère Nord - bien qu'il soit encore loin du Soleil (cela se produit à la mi-août). Parallèlement, il gagne de l'altitude pour ceux de l'hémisphère Sud et des régions équatoriales de la planète. Il augmente également dans la taille angulaire et la luminosité à mesure qu'il se rapproche de la Terre - encore une fois, c'est un processus progressif.

Au milieu du mois, Vénus a franchi la frontière dans le Cancer et, même si elle n'a pas augmenté de luminosité, elle a quelque peu gonflé à 14,3 secondes d'arc et sa phase a diminué à 75%. Elle se trouve maintenant 20 1/2 degrés de haut, presque plein Ouest au coucher du Soleil (de la latitude 51 degrés N).

À la fin du mois de Juin, Vénus a croisé le Lion et augmenté la luminosité à -4,1 mag. Présentant un disque de 15,7 secondes d'arc, 70% éclairé, la planète se trouve à 18 1/4 degrés de haut à l'Ouest au coucher du Soleil.

↑ Haut de page

Mars

Au début du mois Mars peut être trouvé dans le Capricorne, brillant à un mag -1.2 très sain et est maintenant 15.3 secondes d'arc à travers. La planète se situe maintenant juste au-dessous de 17 degrés de haut au Sud lorsque le Soleil se lève (à partir de la latitude 51 degrés N). Mars est maintenant une cible sérieuse pour l'observation dans n'importe quel télescope et affichera des caractéristiques de taille et de focale importantes. L'utilisation de filtres, en particulier le filtre # 23A Light Red, aidera à isoler ces parties plus sombres du disque martien. Un filtre Bleu clair # 82a aidera également les calottes polaires de Mars à se démarquer. Ce filtre sera certainement utile car pendant cette apparition martienne particulière, la plus petite calotte polaire Sud de Mars sera tournée vers nous. Celle-ci est plus difficile à repérer que le grand pôle Nord, qui est tourné vers nous dans les premiers mois de 2018, et le bassin adjacent « Hellas Planitia », qui remplit souvent de brume et de nuages, peut souvent apparaître très brillant et est facilement confondu avec le pôle Sud. Les observations à des fréquences différentes mettent en évidence certaines caractéristiques et rendent leur identification plus facile et plus précise.

 

Mars près du point de transit, avant le 1er juin.

Mars près du point de transit, avant le 1er juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

Au milieu du mois, Mars est encore plus lumineux, ayant augmenté sa luminosité d'une demi-magnitude à -1,7. La planète a maintenant un diamètre de 17,8 secondes d'arc et se situe à 16,5 degrés de haut dans le Sud au lever du Soleil (à partir de la latitude 51 degrés N).

À la fin du mois de juin, Mars se trouve encore dans le Capricorne et est maintenant à -2,1 mag de luminosité - juste un peu moins brillant que Jupiter - et affiche un disque de 20,7 secondes d'arc. Mars se lève un peu après 11h19 heure locale (de latitude 51 degrés N) et passe maintenant à 3h20 le lendemain matin. Nous sommes encore à quelques semaines de l'opposition en juillet, mais toutes les occasions devraient être prises pour observer la planète rouge dans la course à son meilleur.

 

Le visage de Mars

Le visage de Mars, 2h30 du matin, 30 juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

↑ Haut de page

Jupiter

Le début du mois trouve Jupiter à -2,5 mag et 44,1 secondes d'arc. La planète se tiendra 23 ¼ degrés de haut en transit, ce qui se produira juste avant 11h13 (BST, de 51 degrés N). Jupiter à une opposition un peu passée dominera le ciel en Balance, se levant en début de soirée. C'est un bon moment pour observer la planète à une heure raisonnable de la nuit. La course à l'opposition voit toujours une planète n'atteindre son point culminant dans le ciel qu'au petit matin. Les apparitions de planètes post-opposition les voient se lever de plus en plus tôt, de sorte que les deux prochains mois sont le «sweet spot» pour l'observation jovienne et l'imagerie dans la soirée. Naturellement, Jupiter continuera à augmenter plus tôt au cours de l'année, mais cela sera compensé par la diminution de la planète à mesure que nous nous éloignerons du point d'opposition.

Jupiter, la grande tâche rouge et transit

Jupiter, la grande tâche rouge et transit d’, 23h30 (BST) le 6 juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

À la mi-juin, Jupiter s'est effacé partiellement à -2,4 et présente maintenant un disque de 43 secondes de diamètre. Jupiter se lève juste avant 17h30, en transit vers 10h12 (BST, à partir de 51 degrés N), quand la planète aura 23 2/3 degrés de haut dans le Sud.

À la fin de juin, Jupiter est à -2,3 mag et 41,4 secondes d'arc de diamètre. La planète se situera juste sous 24 degrés de haut pendant son transit, ce qui se produira à 21h10 (BST, de 51 degrés N). Bien que Jupiter soit plutôt faible vu de l'hémisphère Nord, comme le montre la photo récente de Geof Lewis ci-dessous, il y a beaucoup de détails encore visibles - en particulier dans une perspective d'imagerie à haute vitesse.

 

Jupiter et Ganymède

Jupiter et Ganymède, 6 mai 2018. Crédit d'image : Geof Lewis (utilisé avec son aimable autorisation).

↑ Haut de page

Saturne

Fin juin, Saturne rencontre l'opposition, alors il est temps d'attraper la meilleure planète. Le début juin voit Saturne rejoint en Sagittaire par la Lune gibbeuse décroissante, juste un peu après qu’elle soit Pleine. À ce stade, Saturne affiche un disque de 18,2 secondes d'arc de diamètre et une luminosité de +0,2. La planète se lève un peu avant 23h (BST) et transit juste avant 3h du matin, quand elle atteint une hauteur angulaire dans le ciel d'un peu moins de 16 1/3 degrés (à partir de 51 degrés N).

Au milieu du mois, Saturne atteint une magnitude de +0,1 et affiche maintenant un disque de 18,3 secondes de diamètre. La planète se lève et transite environ une heure plus tôt qu'au début du mois.

Saturne atteint l'opposition le 27 juin, quand elle atteint une magnitude de +0,0, son diamètre maximum sera de 18,4 secondes d'arc pour l'année. Naturellement, étant si loin au Sud dans l'écliptique, cette opposition favorise l'hémisphère Sud, mais Saturne est toujours une cible gratifiante, peu importe d'où vous l'observez. L'imagerie à haute vitesse aidera à créer des conditions de vision pour ceux d'entre nous dans l'hémisphère Nord, en synthétisant des images à plus haute résolution qu'on ne pourrait jamais l'observer à l'aide d'un télescope, même dans les conditions climatiques les plus clémentes. Tout aussi intéressant et si vous avez un télescope d’ouverture conséquente, il serait bien d'utiliser une filtration serrée pour les observations visuelles - en particulier le filtre Deep Rouge # 29. Cela atténue les pires excès de la gigue atmosphérique et peut vraiment faire la différence en essayant de discerner les détails sur les planètes les plus brillantes quand elles sont plus proches de l'horizon. Où que vous vous trouviez dans le monde, le Saturne devrait être le numéro un sur votre liste d'observation ce mois-ci et pendant un certain temps à suivre.

 

Saturne et ses Lunes, au point de transit de l'Europe occidentale, nuit d'opposition, 27 juin.

Saturne et ses Lunes, au point de transit de l'Europe occidentale, nuit d'opposition, 27 juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

↑ Haut de page

Uranus et Neptune

Des deux géantes gazeuses extérieures, Neptune est mieux placée pour être observée le matin dans le Verseau que son voisin Uranus, lui-même situé plus à l'Est dans l'écliptique et plus près du Soleil dans le Bélier. À la fin de juin, Neptune approche du point de transit dans le Sud au moment où le Soleil se lève. À une magnitude de +7,9, vous aurez besoin d'une paire de jumelles raisonnables, ou mieux d'un télescope pour trouver la planète extérieure.

Positions relatives à Uranus et Neptune, mi-juin.

Positions relatives à Uranus et Neptune, mi-juin. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

Uranus, à +5,8 magnitude dans le Bélier, se lève environ une heure et demie avant le Soleil à la fin du mois de juin, reste donc un vrai défi à observer au crépuscule du matin jusqu'au mois de juin, bien que Neptune soit moins difficile à trouver en jumelles et des télescopes.

↑ Haut de page

Comètes

La Comète PanSTARRS C / 2016 M1, est la seule comète raisonnablement brillante qu'il peut être relativement facile à observer de certaines parties du monde, car il continue son voyage vers le Sud à travers le Sagittaire. Bien que la luminosité prédite de la comète soit difficile à prédire, elle pourrait être aussi élevée que la magnitude 7, mais elle est plus susceptible d'osciller entre la magnitude 8 et la magnitude 9 lorsqu'elle se dirige vers le Soleil. Malheureusement, pour les observateurs des hautes latitudes septentrionales, il descend rapidement vers l'horizon Sud et la présence de la Lune gibbeuse brillante dans la même zone du ciel au début du mois n'aidera pas du tout les observations.

D'ici le 8 juin, le vieux croissant de Lune sera assez éloigné de la zone de ciel où la comète se situe pour en faire des observations raisonnables, bien que l'extinction atmosphérique pour les observateurs de latitude Nord élevée aura un rôle négatif à jouer. Dans la matinée du 8, C / 2016 M1 se trouve à seulement un demi-degré au NW d'Ascella, Zeta Sagittarii - l'étoile de deuxième magnitude marquant le fond de la célèbre « Théière » du Sagittaire. Cela rendra la comète assez simple pour ceux qui ont un ciel raisonnable.

 

Trajet de comète PanSTARRS

Trajet de comète PanSTARRS, se termine début juin (position de la comète le 8 juin). Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

Au-delà de ce moment, les observations de l'hémisphère Nord deviennent difficiles, presque impossibles, alors que le chemin de la comète la rapproche de l'horizon. Une fois la mi-juin, la comète sera accessible pour les observateurs dans les régions méridionales ou équatoriales de notre planète.

La comète 21P / Giacobini-Zinner devrait être éclaircie dans l'hémisphère céleste Nord et devrait être observable - certainement dans les télescopes et les jumelles plus grandes. Cette comète à cycle régulier (cycle orbital de 6,5 ans) se dirigera vers le Nord durant le mois de juin en passant par le Cygne et devrait être assez facile à trouver. La comète s'éclaircira rapidement en août et en septembre, car sa trajectoire passe très près de la Terre (0.39 au), elle devrait donc être un objet à l'œil nu.

 

Trajectoire de la comète Giacobini-Zinner jusqu'en juin

Trajectoire de la comète Giacobini-Zinner jusqu'en juin (position de la comète montrée le 1er juin). Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

↑ Haut de page


Deep Sky Ciel Profond à l’Est de HYDRE, Corbeau et au Sud de la Vierge

Nous avons couvert la chevelure de Bérénice et la tête de la Vierge dans le guide du ciel du mois dernier. Ce mois-ci, nous tournerons notre regard vers la partie Sud de la Vierge et les constellations qui se trouvent encore plus au Sud : la queue d'Hydre, le serpent d'eau et le Corbeau et la Coupe, qui sont assis sur son dos

 

Est d’Hydre, Corbeau, Coupe et le sud de la Vierge.

Est d’Hydre, Corbeau, Coupe et le sud de la Vierge. Image créée avec SkySafari 5 pour Mac OS X, © 2010-2016 Simulation Curriculum Corp., skysafariastronomy.com.

Le premier objet majeur au Sud de la tête de la Vierge est la galaxie NGC4697, une galaxie elliptique plus brillante, découverte par William Herschel en 1784. Cette galaxie est assez facile dans les petits télescopes, comme son voisin NGC4699, une spirale attrayante mais compacte, qui se situe juste sous 3 degrés plein Sud. A +9,19 mag NGC4697 n'est pas particulièrement brillant, mais est assez facile à trouver, se trouvant au fond d'un triangle équatorial imaginaire formé par les étoiles Porima, Gamma Virginis, un binaire remarquable et un bon test d'optique, et sa voisine Theta Virgis, aussi une double étoile. Traçant une ligne entre les deux étoiles, une fois que vous arrivez à mi-chemin, dirigez-vous vers le Sud d'un peu plus de 3 degrés. Ici vous trouverez NGC4697. On pense que cette galaxie se trouve à quelque 40 millions d'années-lumière de nous.

NGC4697

NGC4697, Image du télescope spatial Hubble. Domaine public.

La constellation Vierge a de nombreuses splendeurs, mais la M104, la galaxie du Sombrero, est particulièrement populaire. Elle se trouve à environ 6 degrés au Sud de NGC4697. Elle a été découvert en 1767 par Pierre Machain et bien que noté par Messier dans un addendum à sa liste originale, a dû attendre que Camille Flammarion le redécouvre dans les notes originales de Messier au début des années 1920 pour qu'elle soit officiellement ajouté comme objet Messier. William Herschel en fit une découverte indépendante en 1784 et remarqua l'apparition d'une "strate sombre" dans l'objet. Nous savons maintenant que c'est une voie de poussière importante qui sonne la structure en spirale extérieure du Sombrero et lui donne son nom distinctif (surnom)

Le Sombrero est brillant pour une galaxie à + 8 mag et d'une taille décente, à 8,6 x 4,2 minutes d'arc de dimensions. Elle peut être trouvé dans les télescopes et les jumelles de toutes tailles, bien que contrairement à ce qui est indiqué dans de nombreuses publications (qui ont tendance à surestimer la taille du télescope nécessaire), un réfracteur de bonne qualité et un site d'observation sombre être nécessaire pour voir sa voie de poussière. Certes, la voie est beaucoup plus facile avec un télescope de 200 à 250mm (8-10 pouces) d'ouverture, ce qui permettra également de mieux résoudre la vraie forme du Sombrero, mais cela ne devrait pas retarder l'observateur avec de plus petits instruments de tenter de le repérer. Une fois trouvé, M104 ne sera pas oublié, c'est un bel objet. M104 est encore plus spectaculaire quand il est imagé, bien que depuis les sites britanniques, l'astrophotographie de cette cible doit être minutée avec soin, car elle est seulement à une hauteur raisonnable de l'horizon pour une période limitée.

 

M104, l'image du télescope spatial Sombrero Galaxy - Hubble

M104, l'image du télescope spatial Sombrero Galaxy - Hubble. Domaine public.

M104 est censée se situer à environ 30 millions d'années-lumière et les calculs montrent que bien qu'elle soit d’environ la moitié du diamètre (50 000 années-lumière) de notre propre Voie Lactée, elle est beaucoup plus lumineuse et possède beaucoup plus de galaxies. 1200 à 2000 Amas globulaires, comparé à la Voie Lactée estimée à 160 - avec une galaxie sphérique beaucoup plus grande comme la Vierge A voisine. M104 est également considérée comme ayant un trou noir supermassif et le premier objet à avoir mes « redshift » mesurés, ce qui prouve que ce n'était clairement pas une partie de la Voie Lactée en 1912.

Laissant la constellation de la Vierge sur une note élevée, nous nous dirigeons plus au Sud dans Hydra/Hydre et ses constellations. Hydra est la plus grande constellation dans le ciel : un énorme serpentin d'étoiles dans l'hémisphère céleste Sud, atteignant tout le chemin de ses frontières septentrionales avec les constellations du Cancer, Licorne, Balance, Loup et Centaure à sa pointe Sud. À partir d'un endroit sombre, le serpent d'eau (Hydra) associé à ses constellations et mythologiquement associées aux Corbeau et à la Coupe sont assez faciles à repérer, mais ces constellations sont beaucoup plus un défi des zones légèrement polluées.

Dans le mythe grec antique, Le Corbeau a été distrait de son devoir de livrer de l'eau dans la Coupe au dieu Apollon. Il fut bloqué en attendant que les figues mûrissent et oublia tout d'Apollon. En réalisant son erreur, il vola rapidement vers le dieu, ramassant la malheureuse Hydra sur le chemin, affirmant que le serpent d'eau lui avait volé la coupe et causait ainsi le retard. Apollon vit cette fabrication et jeta les trois dans les cieux, chargeant l'infortunée Hydra de garder la Coupe pour toujours, refusant l'eau à perpétuité. Un peu dur peut-être, mais un petit alevin comparé à certains des châtiments infligés par les dieux dans la mythologie classique.

La constellation plutôt légère de la coupe se trouve au sommet du serpent d'eau et abrite de nombreuses galaxies, bien que malheureusement aucune d'entre elle ne soit plus brillante que le +11 mag, à l'exception de la spirale NGC 3887, qui est observable à des télescopes plus grands de 200mm/8 pouces d'ouverture et plus et une cible photographique digne. NGC 3887 a été découvert par Sir William Herschel en 1785 et se présente comme une spirale compacte, presque face-à-face qui se présente comme un noyau plus lumineux avec ses bras spiraux montrés un halo environnant de lumière brumeuse. La grande quantité d'autres galaxies dans le cratère sont l'apanage de ceux-ci avec des instruments encore plus grands et un ciel sombre.

Corvus le corbeau voisin est un peu plus brillant comme un groupe d'étoiles, qui sont formées dans un arrangement quadrilatère notable. Les astronomes arabes ont identifié Corvus comme une tente, les astronomes chinois comme un char et d'autres comme une voile. Dans une situation similaire au Cratère voisin, Corvus contient de nombreuses galaxies - la grande majorité de celles-ci étant des déversements provenant de la grappe voisine de la Vierge. Cependant, la plupart sont, comme la Coupe est très faible. La cible la plus brillante est cependant spectaculaire dans les télescopes et les astrophotographies ; NGCs 4038 et 4039 - les Galaxies d'Antennes.

Encore une fois, découvertes par Herschel en 1785, ces deux galaxies spirales sont l'exemple le plus proche et le plus récent de la collision des galaxies dans tout le ciel. À une distance de 40-45 millions d'années-lumière, les Antennes ressemblent vraiment à leur surnom, car l'interaction de la collision a envoyé deux énormes et longs arcs d'étoiles dans les deux sens - plus de 350 000 années-lumière dans l'espace.

À +10,30 mag, les Antennes peuvent être ramassées dans des télescopes de taille raisonnable avec peu d'effort, les deux galaxies étant affichées comme des objets en forme d'oreilles adjacents. Des instruments plus grands de 200 à 250mm d’ouverture (8-10 pouces) montreront les débuts de l'arc d'étoiles plus au Sud comme un petit point semblable à un éperon, qui sort du "lobe de l'oreille" de NGC 4039. Cependant, c'est dans les astrophotographies que la vraie nature de cet objet étonnant est révélée. Pour ceux qui ont l'équipement, le ciel et l'emplacement appropriés (rappelez-vous que cet objet est très loin au sud pour ceux au Royaume-Uni), les Antennes est un excellent sujet pour l'imagerie.

 

Les Galaxies des Antennes

Les Galaxies des Antennes, Image du Télescope Spatial Hubble. Domaine public.

Cinq degrés à l'Est et un peu au Nord des Antennes, se trouve la nébuleuse compacte mais jolie planétaire NGC 4361. Commun avec de nombreux planétaires, elle n'est pas si brillant - dans ce cas + 11 mag - mais NGC 4361 est compact (à 1,6 x 0,6 minutes d'arc), ce qui en fait une cible assez facile dans des instruments de 150-200 mm (6-8 pouces). NGC 4361 forme le point d'angle droit d'un triangle rectangle avec Gienah Corvi (Gamma Corvus) et Algorab (Delta Corvi). À partir d'un site sombre, il sera facile de déceler les étoiles de fond et aura une apparence inégale, presque rugueuse. Son étoile centrale est de +13 mag. Comme pour la plupart des planétaires, en matière d'observations visuelles, des gains peuvent être obtenus en gardant un grossissement assez élevé et en utilisant des filtres OIII ou UHC pour aider à garder un contraste sain avec le ciel de fond.

NGC 4361

NGC 4361. Mention d'image : Adam Block / Mount Lemmon SkyCenter / Université de l'Arizona - http://www.caelumobservatory.com/gallery/n4361.shtml. Creative Commons

Les deux derniers objets sur lesquels nous portons notre attention ce mois-ci sont toujours difficiles pour les observateurs de l'hémisphère Nord, car ces objets sont situés si loin au Sud. Le premier d'entre eux, l'amas globulaire M68, se trouve à 15 degrés presque au Sud du Sombrero, à l'intérieur d'Hydra. M68 est un véritable objet de Messier, il a été découvert par Messier en 1780, bien qu'il soit souvent attribué à tort à Mechain. M68 n'est pas le plus brillant des amas globulaires à +7,84 mag, bien qu'à 3 minutes d'arc le diamètre soit presque aussi grand que M13 proémine dans Hercules. Facilement visible, une fois localisé, dans la plupart des télescopes et des jumelles, M68 est naturellement mieux résolu par de plus grands instruments, ce qui montrera la courbe peu profonde des voies sombres autour du Sud de la grappe. M68 se trouve à environ 33 000 années-lumière de nous (ici sur Terre).

M68

M68, Image du télescope spatial Hubble. Domaine public.

Enfin, mais non des moindres cependant, nous arrivons à la merveilleuse galaxie M83 - un vrai objet « showstopper », mais un vrai défi pour ceux dans les climats du Nord, debout comme il fait seulement 13 degrés au plus de 51 degrés N dans l'hémisphère Sud, cette merveilleuse cible sera beaucoup mieux vue que celle du Nord, située à la frontière entre Hydra et Centaure. Cette galaxie spirale barrée est brillante aux dimensions de +7,5 mag et 12,9 x 11,5 minutes d'arc et est présentée face à nous - affichant sa belle structure dans toute sa splendeur. Comme avec toutes les observations du Ciel Profond, plus le télescope est grand et plus le site est sombre, plus un observateur verra de chose, mais tout le monde pourra voir des détails de M83 avec n’importe quelle formule optique. La partie allongée de la barre centrale de M83 est la partie la plus importante de la galaxie et sera ramassé facilement dans de grandes jumelles. Cependant, ses bras en spirale expansifs, divisés en deux par des bandes de poussière foncées, sont vraiment l'apanage de l'observation télescopique.

M83

M83. Crédit d'image : ESO. Creative Commons.

M83 est relativement proche à 15 millions d'années-lumière de nous, dans le cadre de l'amas de galaxies du Centaure. Elle est de taille comparable à la Voie Lactée, avec un diamètre d'environ 100 000 années-lumière. M83 est active dans la formation d'étoiles et contient une grande quantité de jeunes étoiles bleues chaudes et des nébuleuses actives formant des étoiles à hydrogène. Aussi actif que M83 est en formation d'étoiles, il est également riche en termes de disparition des étoiles : M83 détenait auparavant le record de la plus grande quantité de Supernovae observée dans une galaxie, bien que cela ait été récemment dépassé par NGC 6946 et son compte a également été égalé par M61.

Sans surprise, M83 se présente exceptionnellement bien en termes d'imagerie, mais il est vraiment l'apanage des astrophotographes beaucoup plus au sud que ceux du Royaume-Uni et de l'Europe du Nord et du nord de l'Amérique ou de l'Asie. Les lecteurs de l'hémisphère sud sont encouragés à tirer le meilleur parti de M83 pour les termes visuels et astrophotographiques - c'est une beauté !

 

Texte original : Kerin Smith TELESCOPE HOUSE/BRESSER UK (traduit par Vincent HAMEL - BRESSER fr)

↑ Haut de page
Click here to deactivate our tracking codes.
Google Analytics Opt-Out